Retour de pèlerinage en Jordanie-Terre Sainte en novembre 2014

TEMOIGNAGE PELERINAGE EN TERRE SAINTE

DU 11 AU 22 NOVEMBRE 2014

Voici que pour la deuxième fois de ma vie j’ai reçu un appel pour me rendre en TERRE SAINTE, comme pour retrouver des racines, comme pour reprendre des forces.

Je rends grâce à DIEU de m’avoir permis de faire ce voyage !

Accompagnés par le père YVES PELEN, nous étions nombreux en partance pour ce pèlerinage, tous différents, tous complémentaires, tous chercheurs de DIEU.

J’ai aimé cet itinéraire qui commençait par AMMAN en JORDANIE pour se terminer à TEL AVIV en ISRAEL au bord de la Méditerranée. Nous avons ainsi vu vivre tous les peuples : Jordaniens, Palestiniens et Israéliens en étant accompagnés successivement par un guide jordanien musulman et un guide palestinien chrétien et de surcroît arménien.

Mais surtout, commencer le périple par la partie la plus à l’est, c’était un peu se mettre en route comme les mages venus d’Orient pour suivre l’étoile jusqu’à BETHLEEM où notre DIEU est venu petit enfant partager la vie des hommes.

En Terre Sainte, partout on respire avec plus d’intensité qu’ailleurs la présence de DIEU parce qu’il y a fait Alliance avec l’homme et qu’il nous a donné son Fils. Le père PELEN nous rappelle une parole du patriarche JACOB: «en vérité, YAHVE est en ce lieu et je ne le savais pas» Gn 28 -16 . Quand nous sommes passés aux alentours du Yabboq (affluent du Jourdain en Jordanie) nous avons d’ailleurs évoqué notre père JACOB car c’est ici qu’il a lutté contre DIEU avant que DIEU ne le choisisse pour être ISRAEL

Voici donc, lors de ce pèlerinage, ce qui m’a le plus marqué à travers ce que nous avons vu entendu et perçu :

1- LA BEAUTE DE LA CREATION ET LE RAPPEL DES TEMPS BIBLIQUES

2- LA BEAUTE DU TRAVAIL DE L’HOMME, LA TRANSMISSION A TRAVERS LES AGES , MAIS AUSSI SA VIOLENCE ET SA SOIF DE POUVOIR

3-LA SPLENDEUR ETERNELLE ET INFINIE DE L’AMOUR DE DIEU POUR LES HOMMES

 _____________________________________

1 -LA BEAUTE DE LA CREATION ET LE RAPPEL DES TEMPS BIBLIQUES

Beaucoup de lieux que nous avons visités tant en JORDANIE qu’en PALESTINE sont très beaux et évocateurs des Patriarches, des prophètes et de JESUS ; je ne les citerai pas tous. Le paysage est très varié : de l’aridité des alentours de la Mer MORTE  à la belle végétation autour du lac de Tibériade. Je n’évoquerai que ce qui m’a le plus marquée : le désert, les sources et le Jourdain.

Pour un parfum d’aventure, je commence par le désert du WADI RUM au sud de la JORDANIE : de grandes étendues de sable que nous parcourons cheveux au vent dans des 4X4, quelle ambiance joyeuse sous un beau soleil : d’immenses rochers, quelques chameaux paisibles et puis la découverte d’inscriptions gravées dans la roche, inscriptions d’un autre âge. Nous évoquons aussi LAURENCE D’ARABIE, l’ami des Bédouins, nous contemplons le coucher du soleil avant de rentrer dans notre campement, un bon repas nous attend, l’accueil et la joie des bédouins s’exprime par une  danse.

Plus au Nord le sable et les rochers évoquent un paysage lunaire comme le chaos

de la création du monde d’où DIEU a fait surgir la VIE.

Nous suivons MOISE qui conduit le peuple de DIEU vers la Terre Promise ; nous comprenons les récriminations des hébreux marchant dans ces espaces arides et sans eau. Au mont NEBO, nous évoquons la mort de celui qui parlait face à face avec DIEU et notre regard se porte vers cette TERRE PROMISE signe d’ESPERANCE pour une autre Patrie.

De l’autre côté du Jourdain, nous découvrons le monastère SAINT GEORGES DE KOZIBA adossé à la roche, blotti dans le désert de Judée. Nous célébrons l’eucharistie en ce lieu où nous comprenons combien DIEU parle à notre cœur au désert  (voir le prophète Osée), et j’évoque notre SEIGNEUR JESUS qui si souvent se retirait au désert pour parler à DIEU avant de parler de DIEU à ceux qui l’écoutaient.

Je voudrais enfin évoquer EIN GEDI un oasis de fraîcheur dans le désert : des plantes, des sources vives, des arbres, des bêtes, des grottes et une belle vue sur la mer morte, ce lieu ressemble au paradis terrestre et c’est ici qu’aurait été écrit un des plus beaux hymnes à l’amour: le Cantique des Cantiques « j’entends mon bien aimé. Voici qu’il arrive, sautant sur les montagnes, bondissant sur les collines ».

La beauté de la création ce sont aussi ces hommes et ces femmes de tous lieux et de toutes races, de chaque coté du JOURDAIN, de chaque coté des frontières, beaucoup attendent pour être baptisés pour renaître à une Vie nouvelle.

Nous sommes à BETHANIE au delà du JOURDAIN : des vestiges attestent que Jean Baptiste, le dernier prophète de l’Ancien Testament, donnait probablement, ici, un baptême de purification. Notre SEIGNEUR JESUS anonyme dans la foule, porteur de notre condition humaine y a reçu ce baptême, un jour, il y a près de 2000 ans ; JESUS a voulu  nous entraîner avec lui vers le Ciel et comme nous l’a dit notre pasteur « le Ciel s’est ouvert sur la terre ».

2- LA BEAUTE DU TRAVAIL DE L’HOMME LA TRANSMISSION A TRAVERS LES AGES MAIS AUSSI  SA VIOLENCE ET SA SOIF DE POUVOIR

 A- LA BEAUTE DE NOTRE HERITAGE

Nous sommes en JORDANIE, grâce à de nombreux vestiges dans un site naturel d’une grande beauté, nous nous projetons 600 ans avant JC et nous voyons naître PETRA ; cité des Nabatéens, PETRA taillée dans le rocher, est un modèle d’architecture inouïe, une merveille au milieu des rochers, le carrefour d’une vie intense quand prospérait le commerce de l’encens, une ville qui révèle l’ingéniosité des hommes pour capter et utiliser l’eau si rare dans ces zones désertiques.

Non loin de là JERASH va se construire un peu plus tard. Cette cité, grecque puis romaine a si bien été préservée que nous pouvons deviner le faste et l’activité de cette ville construite pour des empereurs.

Mais la vie des hommes est aussi de l’autre coté du JOURDAIN, dans ce lieu  désert près de la Mer Morte où vivaient, dès le deuxième siècle avant JC, les ESSENIENS dans leur désir de pureté.

Quelles traces peuvent donc nous avoir laissé ces hommes à part ces vestiges des bains rituels? Ils détenaient un trésor précieux qu’ils ont précautionneusement mis à l’abri : la découverte récente des manuscrits de la Mer Morte et notamment du Livre d’ISAIE, me paraît être un signe que, dans la fuite du temps, le « sacré » est ce que l’homme prend le plus de soin à préserver. Les temples, les tombeaux, puis les églises, présents sur tous les lieux antiques en sont également la preuve. Est- ce encore le cas aujourd’hui?

B- LA VIOLENCE

Ces quelques exemples de la beauté de notre héritage ne nous font, hélas, pas oublier que tout au cours des temps, souvent par la violence, un empire en a chassé un autre, un homme a écrasé un autre homme…Nous le devinons bien en Terre Sainte où des édifices les uns au -dessus des autres attestent des occupations successives des territoires.

Aujourd’hui encore l’actualité nous montre combien on est loin de la paix au Proche ORIENT. Face aux ISRAELIENS on nous a dit la souffrance des PALESTINIENS cantonnés dans un espace de plus en plus réduit avec des droits au travail limités, des contrôles abusifs aux frontières, des restrictions parfois dans ce qu’il y a de plus vital : l’eau… Il y a de la violence de part et d’autre, guerre pour le territoire, guerre pour le pouvoir, guerre de religions.

3-LA SPLENDEUR ETERNELLE ET INFINIE DE L’AMOUR DE DIEU POUR LES HOMMES

Les magnifiques monuments où il est fait mémoire de JESUS en TERRE SAINTE, sont essentiels car ils sont les témoins de la Foi de l’Eglise depuis 2000 ans et dans le monde entier

Toutefois, lors de ce pèlerinage, j’ai beaucoup plus été interpellée par des signes plus discrets qui, en divers lieux, nous ont montré la vie du SEIGNEUR.

La splendeur du SEIGNEUR DIEU c’est d’avoir choisi de rejoindre les hommes dans l’humilité pour partager notre vie.

La splendeur du SEIGNEUR c’est qu’il ait abandonné sa puissance divine et qu’il ait accepté pendant toute la durée de sa vie terrestre de dépendre des hommes

A-BETHLEEM

Nous avons pu goûter le recueillement lors de la célébration eucharistique dans une grotte identique à celle de la Nativité au lieu dit « le Champ des Bergers ». J’ai pensé à la douceur de cette première nuit de Noël avec les chants de louange des hommes simples et des méprisés.

Aujourd’hui, JESUS est toujours présent à BETHLEEM, Il aime les enfants pauvres et orphelins à travers l’œuvre des filles de la charité de la maison SAINT VINCENT qui accueillent les petits musulmans abandonnés parce qu’ils sont nés de liaisons hors mariage, de viol ou d’inceste.

 B-NAZARETH

Pour nous qui sommes si pressés de réussir une carrière c’est inouï de penser que pendant 30 ans JESUS, Fils de DIEU a vécu de son travail de charpentier dans l’anonymat, avec Marie et Joseph.

Alors, j’ai été très émue quand une religieuse de la congrégation des Sœurs de NAZARETH nous a montré dans les sous-sols du bâtiment une maison d’habitation datant du premier siècle et tout au fond de l’espace un tombeau qui, selon la tradition, serait celui du Juste.Il s’agit peut-être des  lieux où JESUS a grandi avec sa mère si discrète et cet homme juste et bon qui prenait soin de Lui.

Aujourd’hui, à NAZARETH, Israéliens et Palestiniens semblent se déchirer mais qui sait si JESUS n’est pas en train de changer le cœur profond des hommes. Ce qui se prépare d’important est souvent silencieux et caché.

C-LE LAC DE TIBERIADE CAPHARNAUM ET LA PRIMAUTE DE PIERRE -LE MONT DES BEATITUDES

 Tout autour du lac de TIBERIADE, nous suivons JESUS dans sa mission :

JESUS qui guérit, qui nourrit, qui console, qui enseigne

JESUS qui a besoin des hommes et choisit ses disciples

JESUS qui annonce le Royaume de DIEU.

 

Mon attention se fixe en deux lieux:

1-CAPHARNAUM et LA PRIMAUTE DE PIERRE

En consultant le manuel du pèlerin, remis par notre prêtre, je suis frappée par les versets de Marc (2, 1-4) « JESUS entra à CAPHARNAUM et on apprit qu’il était à la maison »…Or dans l’évangile, il s’agit de la maison de Pierre près des vestiges de la ville avec ses colonnades et sa synagogue.

Je scrute attentivement les restes de cette maison bien protégée par un mur des croisés et située sous un édifice religieux.

Ainsi, JESUS a pris comme domicile la maison d’un simple pécheur: la vie devait y être somme toute assez monotone avec le quotidien familial et …la belle mère.

Mais ce pécheur a été aussi choisi pour être le premier Pasteur de l’Eglise naissante comme le rappelle le lieu de la primauté de PIERRE.

Aujourd’hui, pour moi, cette maison a beaucoup de signification car elle représente :

– la maison de chacun de nous, et  le cœur de chacun de nous  où habite notre SEIGNEUR,

– mais aussi toute l’Eglise Universelle dans laquelle JESUS est toujours  présent.

Une chapelle sur le rocher rappelle la Primauté de Pierre, le lac est à coté, nous prenons chacun un caillou avec la volonté d’être nous aussi une petite pierre pour l’Edifice du SEIGNEUR. C’est émouvant de savoir que c’est ici que Pierre a dit  «  SEIGNEUR, tu sais tout, tu sais bien que je t’aime» (Jn 21-17).

2-LE MONT DES BEATITUDES

Dans ce lieu, face au lac, il y a une douceur spéciale comme une paix même si la foule n’est jamais loin.

Notre pasteur nous rappelle, qu’au SINAI, DIEU a donné sa Loi à MOISE et, ici, son FILS a délivré sa PAROLE à toutes les personnes qui le suivaient, toutes en attente de réconfort. Il me vient à l’esprit un verset de JEREMIE «  Je mettrai ma loi au fond de leur être, je l’inscrirai sur leur cœur »(Jr 31-33)

Aujourd’hui encore, les Béatitudes ont une résonance toute particulière face au non respect des petits et à l’oppression des plus faibles. JESUS annonce le ROYAUME DE DIEU bien différent des royaumes terrestres. ESPERANCE pour tous les « miséreux  » aux yeux du monde et exigence pour que nous changions tous nos comportements.

La basilique octogonale rappelle les sept jours de la vie terrestre, le huitième jour étant le jour du ROYAUME DE DIEU: le jour de la résurrection.

D- JERUSALEM

Je ne peux pas  faire une description de tout ce qui est important à JERUSALEM car cette cité est chargée de l’histoire du peuple de DIEU et bien sûr, compte tenu du peu de temps à notre disposition, nous n’avons pu avoir qu’un  petit aperçu de ses richesses historiques.

Aujourd’hui  la ville est grouillante, avec des peuples différents, des cultures différentes, des religions différentes; c’est une ville où les intérêts de chacun se combattent, une ville où il y a de la violence et une ville sur laquelle se porte l’attention du monde entier.

 Je suis frappée par le mur des lamentations qui représente pour les juifs ce qui reste du temple de JERUSALEM, ce mur fait aussi partie de notre histoire. Nous y avons déposé chacun et chacune un petit papier sur lequel il y avait une prière, prière pour l’Unité  du peuple de DIEU.

Nous avons assisté à une « bar-mitzvah » juive (communion). J’aime bien me souvenir que les juifs apprennent à leurs enfants, alors qu’ils sont encore tout petits, la prière d’ISRAEL (le « Shéma ») que MARIE avait certainement appris à JESUS (voir Deutéronome 6 (4-9) ) quelle belle transmission de FOI

Mais surtout, pour nous chrétiens, c’est ici que notre SEIGNEUR JESUS a subi sa passion, est mort et qu’il est ressuscité.

Je suis profondément touchée par GHETSEMANI au pied du Mont des Oliviers car c’est ici que notre SEIGNEUR, afin d’accomplir jusqu’au bout sa mission pour nous sauver, a abandonné de la manière la plus héroïque sa puissance divine qui lui aurait permis d’échapper au supplice. La pierre sur laquelle aurait pleuré notre SEIGNEUR est embrassée avec dévotion par de nombreux pèlerins: elle évoque l’ Amour absolu de JESUS pour son Père et pour nous tous.

Notre marche sur la Via Dolorosa rappelle ce chemin douloureux du SEIGNEUR vers son Calvaire. Aujourd’hui, il y a beaucoup de monde, des souks, du bruit, peut être le SEIGNEUR l’a t- il traversée dans un brouhaha identique au milieu de beaucoup de badauds et d’indifférents.

Le SAINT SEPULCRE est le temps fort de notre pèlerinage. Je suis extrêmement attentive en entrant dans cet édifice, lieu de mémoire depuis si longtemps, avec notamment des marques de l’époque byzantine et du  temps des croisés.

Dans une chapelle orthodoxe se trouve le rocher où aurait été plantée la croix du CHRIST. Il y a une grande foule, hélas trop de bruit malgré les consignes de silence ; le  lieu est sacré, il est cependant si difficile de se recueillir malgré l »immensité du sacrifice du SEIGNEUR.

Que dire? Une seule phrase résume tout : il s’agit de celle du centurion qui regarde le CHRIST mort sur la croix, il est devant quelqu’un qui le dépasse infiniment :  « vraiment cet homme était le Fils de DIEU »(marc 15 -39)

Nous n’avons pas vu le tombeau vide mais, par notre FOI, nous voyons avec le cœur JESUS CHRIST mort et ressuscité  pour nous SAUVER.  ___________________________

Comme le montrent tous les pèlerins qui viennent en TERRE SAINTE depuis si longtemps et de tous les lieux de la terre, notre SEIGNEUR est toujours présent dans le cœur des hommes qui vivent de LUI et le font vivre : en faisant mémoire, mais aussi par leurs témoignages et leurs actes.

Malgré les incompréhensions et les haines,  il sont nombreux ceux qui œuvrent, souvent sans bruit, pour la Paix entre les enfants de DIEU et pour l’accueil de personnes  qui ne le connaissent  pas encore. Notre Saint Père FRANCOIS nous donne l’exemple.

Notre SEIGNEUR savait bien toutes les difficultés que nous rencontrerions quand il a dit (Jean 16 -33) « Dans le monde vous aurez à souffrir, mais gardez courage: j’ai vaincu le monde ».

Je termine par le livre d’ISAIE chap.60: il s’agit de la splendeur de JERUSALEM, le texte est si beau, c’est notre Espérance, le SEIGNEUR rassemblera dans sa lumière les hommes de tous horizons :

«  Ton DIEU sera ta splendeur. Ton soleil ne se couchera plus et la lune ne disparaîtra plus car YAHVE sera pour toi une lumière  éternelle »

Saint Etienne le 17.12.2014               Françoise

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s