Retour sur le pèlerinage en Corse du 28 avril au 4 mai 2012

52 pèlerins partis en Corse en mai 2012, sont revenus enchantés du circuit de leur pèlerinage à la découverte de l’île religieuse. En suivant les routes de Bastia à Ajaccio, ils ont pu découvrir :

  • les lieux de pèlerinage comme Notre Dame de Lavasina, Notre des Neiges au col de Bavella…
  • les lieux de rencontres avec les confréries à Brando, à Bonifacio, à Sartène… les lieux mais aussi avec les croyants d’hier et d’aujourd’hui à Corte, à Cargèse…
  • les lieux chargés d’histoire à Ajaccio
  • les lieux à la beauté si renommés comme les îles Sanguinaires….

Invitation au voyage avec le témoignage d’une pèlerine :

« Ce n’est pas un pèlerinage ». « En Corse, il n’y a pas de manifestations éclatantes de la vierge ou de Jésus… » « C’est du tourisme que vous faites avec l’Evêché » nous ont dit plusieurs de nos interlocuteurs.

Du tourisme, parlons-en, car vu par des esprits chagrins, notre voyage aurait pu paraître laborieux…En effet, que d’embûches ! Les pèlerins étaient très nombreux : dès le début du voyage, il y avait déjà des brebis qui avaient tendance à s’égarer… Arrivés en CORSE, impossible d’accéder à des lieux escarpés, le car était trop long (marche arrière du mastodonte de plusieurs tonnes sur une petite route en aplomb du précipice) et il a fallu supprimer certains circuits… L’accompagnateur a chuté dans des escaliers (au risque de se rompre les os) en balançant un coup de talon dans un mollet mal placé sur sa trajectoire… Les couchettes du ferry étaient trop hautes et pour certains, autour de 75 ans, il a fallu jouer les rois de l’escalade…Et par-dessus le marché, le temps était plutôt morose et pluvieux…

Donc tout pour se décourager ? Mais non, car précisément ce n’était pas du tourisme, mais un vrai pèlerinage, comme tant d’hommes en ont fait depuis ABRAHAM. Un chemin à la rencontre de terres inconnues et à la « rencontre des hommes d’hier et d’aujourd’hui », comme l’a dit notre accompagnateur, le père Jean-Michel PEYRARD, avec des imprévus, des inquiétudes, mais aussi de merveilleuses surprises « même si nous ne pouvions pas toujours atteindre les sommets » (cf Jean-Michel).

Et puis, DIEU s’était mis en route avec nous, nous sentions qu’il habitait le ciel, qu’il habitait la terre et la mer… et je pense que l’Esprit planait sur nous. La preuve : notre jeune chauffeur ne s’est jamais découragé, gardant son sang-froid, son calme, sa gentillesse dans toutes les situations et notre pasteur attentif savait ce qu’il fallait dire, et ainsi le CHRIST habitait notre cœur pour vivre cette belle aventure.

Alors, accompagnés de cette manière, nous avons traversé la mer, et nous avons contemplé des levers et des couchers de soleil. Ce soleil qui (après la pluie) est apparu sur la brume pour que nous admirions les aiguilles et le col de Bavella, avant de nous rendre à la chapelle. Nous avons navigué autour de Bonifacio au milieu des grottes et des falaises. Nous avons marché sur le rivage admirant la mer bleue et le rocher aux iles sanguinaires ….

Et puis nous avons rencontré des chrétiens qui nous ont parlé de leur foi et des confréries si nombreuses en CORSE. Nous avons célébré l’eucharistie à Cargèse dans une église de rite grec avec des chrétiens qui nous ont fait participer à leurs traditions… Rencontres avec des hommes du passé (bien sûr NAPOLEON) mais aussi avec nos contemporains qui témoignent de leur amour de DIEU.

Et tout au long de ce chemin, nous avons gardé la confiance, nous nous sommes émerveillés devant la nature que DIEU nous a donnée. Nous avons développé l’entraide (des pèlerins ont apporté des compétences techniques pour aider le chauffeur). Nous avons apprécié la solidarité, la convivialité entre les jeunes et les plus âgés. Nous avons admiré chez certains le dépassement de soi. Nous avons savouré des moments pleins de rigolade avec une pèlerine irrésistible et nous avons laissé éclater notre bonne humeur les pieds dans l’eau et la tête dans les étoiles. En un mot, nous étions dans la fraternité tandis que le Père Jean-Michel attentif et vigilant veillait au grain dans tous les sens du terme*. Alors MERCI pour l’organisation de ce pèlerinage si enrichissant, merci à l’accompagnement tout au long du parcours qui était vraiment réconfortant et adapté à chaque situation.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s